La complexité de l’existence humaine attire des débats qui projettent très souvent, les termes « créateur et créature ».

L’homme en tant que créature, reste le seul être à être conscient de sa mort, qui est toujours présent en lui et qui le rend également anxieux.

Il cherche davantage à comprendre le but de son existence, voire son itinéraire car sa présence au monde est un voyage éphémère.

Son plus grand dilemme est qu’il n’arrive pas à déchiffrer toutes les étapes qui marquent sa vie, d’autant plus qu’elle est teintée de hauts et des bas qui transforment son monde en colonie barbare et niche de cruauté, rendant par conséquent, son existence poisseuse.

C’est alors que Franz Kafka nous présente cette situation de l’homme sur terre de façon très symbolique, à travers le voyageur chercheur, personnage de la Colonie pénitentiaire (1980), autour duquel s’organise ce récit plein de symboles de la condition humaine.

Notre visée est de présenter avant tout, l’histoire de l’humanité, puis décoder l’anonymat que Kafka nous laisse découvrir dans son récit en employant la sémiotique triadique de Sanders Peirce, théorie qui consiste à déployer trois niveaux d’interprétation.

En fin d’analyse, l’étude suggère une voie qui permettra à l’homme de survivre, malgré tout.

ZIGLOBITHA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *