Si l’implication des enfants en général et en particulier les filles élèves dans les travaux domestiques fait partir de la culture ‘’Senoufo Tchebara ’’ favorisant leur socialisation, force est de constater que cette pratique parfois entre en compétition avec l’école au point d’affecter leurs rendements scolaires et même les pousser à abandonner.

La présente étude qui s’est effectué dans le département de Korhogo à l’EPP Torgokaha 1, est basée sur une approche mixte c’est-à-dire quantitative et qualitative. Elle se propose d’analyser l’influence des travaux domestiques sur l’arrêt des études des élèves de l’EPP Torgokaha 1.

Les résultats indiquent que les filles abandonnent plus que les garçons. Cela s’explique par le fait que les filles font plus de deux (2) heures de travaux domestiques les matins et soirs.

Par contre, les garçons en font généralement moins de la moitié. Aussi, les résultats indiquent que les conditions dans lesquelles certains travaux domestiques sont effectués par les garçons en particulier les filles élèves au sein de leur ménage ainsi qu’une trop grande implication des filles aux travaux domestiques a des conséquences sur leur vie scolaire.

Cette organisation empêche souvent les filles d’avoir suffisamment le temps d’apprendre leur leçon et de faire leurs exercices correctement. D’où l’idée d’une corrélation entre travaux domestiques et décrochage scolaire.

ZIGLOBITHA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *