Cet article qui s’inscrit dans le domaine de la sociolinguistique et didactique des langues-cultures, porte sur la dualité apprentissage-jeu dans le système éducatif ivoirien : entre présence ou absence au cycle primaire en Côte d’Ivoire et s’attache à expliquer le rapport entre apprentissage et jeu mais aussi les limites de son exploitation dans les classes du primaire.

En se basant sur le concept ludique en tant que support didactique, notre recherche tente de cerner dans quelles mesures la dualité entre apprentissage-jeu dans l’enseignement au primaire favorise l’apprentissage efficace chez les apprenants.

Notre étude empirique a été effectuée au sein de deux écoles primaires publiques de Tiapoum (le groupe scolaire Tiapoum et le groupe scolaire Municipalité) avec les enseignants, les conseiller pédagogiques, les inspecteurs de l’enseignement primaire, les Directeurs régionaux de l’éducation nationale et les apprenants.

De ce fait, nous avons recueilli des données en observant les interactions et les productions orales et écrites du public scolaire face aux pratiques ludique. A travers l’étude de trois corpus successifs (questionnaire, observations, entretiens) nous avons dressé un état des lieux de la présence plus ou moins des activités ludiques dans les programmes du cycle primaire.

Ses apports dans l’acquisition de compétences dans diverses disciplines nous ont permis d’expliciter l’approche des enseignants vis-à-vis de ses supports didactiques.

Ce qui nous permet de nous focaliser sur quelques aspects qui devraient être différemment mis en oeuvre afin d’organiser l’exploitation efficiente des jeux dans l’enseignement au primaire en Côte d’Ivoire.

Les résultats de cette étude indiquent que la complémentarité apprentissage-jeu permet aux apprenants de déployer des stratégies communicatives et d’appropriation afin d’exprimer leurs réactions face aux jeux et de participer aux échanges. L’analyse des interactions autour des activités ludiques proposées témoigne des conditions favorables à un apprentissage potentiel.

L’examen approfondi de notre corpus relève d’une occultation de la dimension interculturelle, aussi bien dans les tâches proposées que dans les interactions engendrées par les pratiques ludiques. Ces échanges sont fortement influencés par les actions des enseignants, d’où l’émergence de la nécessité d’une formation.

ZIGLOBITHA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *