Ce travail s’intéresse aux noms dits anthroponymes en mɔ́ʤúkrù. Dans cette langue, il est constaté que les anthroponymes ne sont pas attribués de façon hasardeuse. Ils sont régis par des principes de bonne formation. Ainsi, la présente étude tente de répondre au problème suivant : quels sont les mécanismes de formation anthroponymique dans cette langue.

En s’appuyant sur des données issues d’une enquête de terrain, ce travail montre que certains noms sont soumis à des contraintes morphologiques telles que la dérivation, la composition etc., et d’autres noms à des contraintes pragmatiques telles que la circonstance et l’ordre de naissance. L’intérêt d’une telle étude est que peu de travaux ont concerné les noms propres dans les langues kwa principalement le mɔ́ʤúkru or, il se trouve que l’étude des noms propres a des spécificités qu’il conviendrait de mettre en évidence (Akpoué, 2016; Kossonou, 2014 ).

ZIGLOBITHA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *