Normes d’Edition

ZIGLOBITHA

Comment soumissionner?

Tout manuscrit envoyé à la revue Ziglôbitha doit être inédit, c’est-à-dire n’ayant jamais été publié auparavant dans une autre revue. Les manuscrits doivent impérativement satisfaire les indications ci-dessous :

  • Titre : La première page doit comporter le titre de l’article, les Prénoms et NOMS des auteurs, leur institution d’affiliation et leur adresse complète.
  • Résumé ne doit pas dépasser 500 mots. Il doit être succinct de manière à faire ressortir l’essentiel de l’analyse.
  • Abstract ne doit pas dépasser 500 mots. Il doit être succinct de manière à faire ressortir l’essentiel de l’analyse.
  • Mots-clés ne doivent pas dépasser cinq mots.
  • Key words ne doivent pas dépasser cinq mots.
  • Introduction doit fournir suffisamment d’informations de base, situant le contexte dans lequel l’étude a été entreprise. Elle doit permettre au lecteur de juger la valeur qualitative de l’étude et évaluer les résultats acquis.
  • Corps du sujet : Les différentes parties du corps du sujet doivent apparaître dans un ordre logique. (Ex : 1. ; 1.1 ; 1.2 ; 2. ; 2.1 ; 2.2 ; etc.). L’introduction et la conclusion ne sont pas numérotées.
  • Notes de bas de page ne renvoient pas aux références bibliographiques, mais aux informations complémentaires. Citation : Les références de citation sont intégrées au texte citant, selon les cas, des façons suivantes :

En effet, le but poursuivi par M. Ascher (1998, p.223), est : « d’élargir l’histoire des mathématiques de telle sorte qu’elle acquière une perspective multiculturelle et globale (…), »

Le philosophe ivoirien a raison, dans une certaine mesure, de lire, dans ce choc déstabilisateur, le processus du sous-développement. Ainsi qu’il le dit :

Le processus du sous-développement résultant de ce choc est vécu concrètement par les populations concernées comme une crise globale : crise socio-économique (exploitation brutale, chômage permanent, exode accéléré et douloureux), mais aussi crise socio-culturelle et de civilisation traduisant une impréparation socio- historique et une inadaptation des cultures et des comportements humains aux formes de vie imposées par les technologies étrangères.

Diakité (1985, p.105)
  • Conclusion ne doit pas faire double emploi avec le résumé et la discussion. Elle doit être un rappel des principaux résultats obtenus et des conséquences les plus importantes que l’on peut en déduire.
  • Références bibliographiques : Les auteurs effectivement convoqués pour la rédaction seront mentionnés dans le texte avec l’année de publication, le tout entre parenthèses. Les références doivent être listées par ordre alphabétique, à la fin du manuscrit de la façon suivante :
    • Journal : Noms et prénoms de tous les auteurs, année de publication, titre complet de l’article, nom complet du journal, numéro et volume, les numéros de première et dernière page.
    • Livres : Noms et prénoms des auteurs, année de publication, titre complet du livre, éditeur, maison et lieu de publication.
    • Proceedings : Noms et prénoms des auteurs, année de publication, titre complet de l’article et des proceedings, année et lieu du congrès ou symposium, maison et lieu de publication, les numéros de la première et dernière page.

————————–

Politique d’évaluation

Les articles sont soumis à une double expertise à l’aveugle aux membres du comité scientifique spécialiste de domaine parmi ceux que couvre la revue. Ils renseignent chacun une fiche d’expertise détaillée avec, en conclusion, un avis sur la publication : soit « publication autorisée » (A), soit « publication acceptée sous réserve que les corrections requises soient effectuées » (B), soit enfin « publication non recommandée » (C).

  • Si les deux avis sont favorables à la publication (A), le rédacteur en chef en fait une synthèse qu’il envoie à l’auteur.
  • Si les deux avis émettent des réserves (B), les fiches, anonymées, sont envoyées à l’auteur par la même voie. Après correction, l’article est de nouveau soumis aux mêmes experts (dans la mesure du possible).
  • Si les deux avis sont défavorables (C), les fiches, anonymées, sont envoyées à l’auteur par la même voie.
  • Si les deux avis sont contradictoires, un troisième avis est requis auprès d’un des membres du comité scientifique et de lecture ; l’avis majoritaire déterminant la procédure de communication des résultats à l’auteur.

Déontologie

  • L’auteur doit réserver l’exclusive de son article à la revue jusqu’à réception des résultats de l’expertise. Dans le cas où celle-ci est défavorable, l’auteur est libéré de tout contrat avec la revue sauf s’il décide d’améliorer son article et de le lui soumettre à nouveau en vue d’une éventuelle publication. Il ne peut plus disposer librement de son article, si celui-ci a été analysé et corrigé par les experts qui ont formulé, dans le détail, les recommandations en vue de son amélioration (cas de figure B).
  • L’auteur ne peut plus disposer librement de son article si celui-ci, retenu pour publication, a bénéficié de l’intervention du comité d’édition pour sa mise en forme et en conformité. Il ne peut proposer un article qui a déjà été publié, sauf sous sa forme remaniée. Il est tenu, dans ce cas, de préciser par une note en bas de la première page, les références de la publication antérieure et les motivations de la nouvelle version. L’auteur plagiaire à hauteur d’environ 20% et plus du contenu de son article se verra notifié les sources plagiées et interdit de publication sur avis motivé.
  • À moins de 20%, la reformulation des passages ciblés est une condition sine qua non pour une nouvelle expertise de son article. Le plagiat dont il est question ici n’implique pas les citations entre guillemets qui sont nécessairement référencées. L’auteur reste le seul responsable du contenu de son article même après sa publication dans la revue. Il doit valider, en dernière instance, la version de l’article à publier. L’auteur doit également, avant publication, signer une déclaration d’originalité et cession des droits de reproduction.

————————– Éditeur, Ziglôbitha, Université Péléforo Gon Coulibaly