28-Tiré à part Navaron TCHATCHOUANG

Cette recherche a eu pour objectif l’analyse des dictionnaires Yémba : le dictionnaire expérimental Yémba-Français (1996) et le dictionnaire Yémba-français Première Version (1997).

Elle propose également des directives pour l’amélioration des prochaines versions. L’analyse de ces dictionnaires a été possible grâce à l’approche métalexicographique qui critique les ouvrages lexicographiques afin de les améliorer.

Ainsi, les catégories et indicateurs de l’analyse des dictionnaires d’apprentissages et spécifiques que nous avons établies ont guidé la critique de ces ouvrages.

Les dictionnaires étudiés ont présenté plusieurs manquements. Sur le plan macrostructural, la délimitation des domaines et des catégories de données à l’instar des informations grammaticales, linguistiques et encyclopédiques propices pour l’apprentissage de la langue et de la culture ont été absents dans les ouvrages.

L’approche de l’arrangement des lemmes, qui implique le classement par ordre des racines, utilisé dans la Première version a empêché l’apprentissage de la langue chez les débutants.

Les emprunts ayant leur propre appellation dans la langue locale ont saturé la Version Expérimentale et ont trahi la pureté de cette langue. Les entrées homonymiques ont été mal utilisées.

Sur le plan microstructural, nous avons recensé les absences d’uniformités sans justification, l’absence des exemples de différents sens des lemmes, les définitions vagues et insuffisantes pour la réception des textes, l’insuffisance des informations utiles pour l’acquisition de la langue et de la culture.

Sur le plan de l’accès, il y a eu l’absence du guide des usagers, la non explication de certains symboles et abréviations pouvant aider les apprenants n’ayant pas de culture lexicographique.

ZIGLOBITHA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *